Chris Pleynet-Fillol
Sophrologie à Domont

Manger en santé

Bien être

Douleurs intestinales, ballonnements, digestion difficile... Pourquoi la consommation de gluten et de lait de vache peuvent être à l’origine de ces troubles.

La porosité et la fermentation intestinales sont étroitement liées au le facteur stress mais d’autres facteurs majeurs entretiennent cette porosité : le gluten, issu des céréales hybrides (notamment le blé, le sigle, le kamut, l’orge, l’épeautre) et le lait de vache. Ils jouent un rôle majeur sur la qualité du microbiote, l’assimilation des nutriments, et donc indirectement sur tout notre métabolisme et notre système immunitaire.

Il y a plusieurs dizaines d’années, certaines céréales contenant du gluten ont été modifiées génétiquement pour des raisons économiques, la partie protéique (le gluten) a été ainsi multiplié par trois pour le blé. Le patrimoine enzymatique de chaque individu, reçu à la naissance et transmis de génération en génération, n’a pas eu le temps d’évoluer au même rythme que la modification génétique de certaines céréales.  

Une hormone appelée zonuline, chargée de maintenir la bonne qualité de la paroi intestinale, est directement impactée si la teneur en gluten est trop importante.

Quant au lait de vache de nos grands-parents, pourquoi était-il moins néfaste qu’aujourd’hui ?

Comme tout herbivore, une vache est faite pour brouter de l’herbe. Aujourd’hui, les vaches (comme la plupart des bovins) consomment des céréales, aliments non prévus pour leur système digestif. Elles tombent ainsi malades, et le lait contient ainsi des résidus de médicaments, de vaccins, mais aussi  des hormones de croissance et de la caséine, une hormone pro-inflammatoire qui perturbe également la zonuline.

La fermentation intestinale (cause de ballonnements, gaz, constipation, diarrhées, crampes abdominales) est liée à une accumulation excessive d’aliments ingérés riches en glucides simples (les fruits notamment) ou complexes (les féculents), et la putréfaction intestinale (cause de ballonnements, mauvaise haleine, lourdeurs digestives, renvois) est, quant à elle, liée à une ingestion excessive de sous-protéines animales (fromages, produits laitiers, oeufs) ou de protéines animales (poisson, viandes, charcuterie).

Fermentation et putréfaction peuvent aussi être causées par de mauvaises associations alimentaires.

Savoir se nourrir en santé !

L’alimentation équilibrée constitue un pilier important pour entretenir un microbiote équilibré. Une bonne assimilation est indispensable pour se recharger. La mastication est également une des clés fondamentales pour une digestion de qualité et indirectement un microbiote en parfait équilibre. Bien sûr, prendre son temps pour  prendre ses repas, c’est aussi faciliter la digestion.

Favoriser les végétaux, consommer les fruits en début de repas ou à distance des repas (jamais en fin de repas pour bénéficier pleinement des bienfaits de fruit et éviter la fermentation intestinale), limiter la consommation de la viande , éviter les produits laitiers issus de la vache et les produits contenant du gluten, limiter la consommation des sucres rapides (gâteaux industriels, les dérivés de farine blanche, les céréales aux graines raffinées, les bonbons et sucreries, les sirops, les chocolats au lait ou blanc, etc.), éviter la consommation des plats préparés, c’est un pas vers le « mieux manger » et donc le « mieux digérer » !

En tant que sophrologue et spécialiste en hygiène alimentaire, je vous guide pas à pas vers ce mieux être : en associant conscience du corps et détente à une alimentation au plus près de vos besoins physiologiques, en conservant la notion de plaisir (les alternatives au lait de vache et au gluten sont nombreux et tout aussi savoureux !), vous pourrez réduire les sensations d’inconfort digestif et prendre soin de votre santé.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion